PARIS DESIGN WEEK (Partie 1):

AD Intérieurs 2017

.

 

La Paris Design Week est toujours l'occasion de s'immerger pleinement dans le monde du design, de découvrir de nouveaux talents, mais également de laisser la main aux grandes références du métier, en leur donnant carte blanche comme tous les ans à la Monnaie de Paris: AD Intérieurs 2017. Institué par AD magazine comme référence incontournable en terme d'architecture d'intérieur, nous avons cette année pu apprécier le travail de 10 architectes/designers/décorateurs autour du matériau de leur choix. Visite guidée chez les grands du Design.

 

 

RODOLPHE PARENTE

La Lingerie Pop Métal

 

C'est dans un petit espace que l'on découvre avec intérêt le travail du designer Rodolphe Parente. La Lingerie Pop Métal interroge le visiteur sur la notion de temps et de répétition des gestes qu'on en viendrait presque à oublier. La lingerie, espace oublié de tout ornement devient un espace nouveau, presque luxueux, et est comme dévoilé à nos yeux pour la première fois. Cette pièce enfin anoblie qualifiée de "pièce égoïste" crée cependant l'effet immédiat de vouloir révéler au grand jour ces endroits cachés autant que nos rituels quotidiens négligés. De plus, le designer a choisi le métal - matériau ne faisant que peu ou pas partie du langage de l'intérieur - pour sublimer d'une manière surprenante du sol au plafond un endroit confortable, malin et innovant. Comme à son habitude, Rodolphe Parente part en quête de perfection et réinvente sans craintes l'esthétique comme le fonctionnel.

 

Photographies de Claire Israel.

 

 

GERT VOORJANS

La garde-robe éclectique-chic

 

AD Intérieurs 2017 habritait également le travail du décorateur Gert Voorjans, dont l'univers baroque a donné naissance pour l'occasion à une garde-robe mettant à l'honneur le cuir de Cordoue. Dans ce décor presque théâtral mêlant des influences orientales comme de la Belle Epoque, Gert Voorjans a remis au goût du jour le cuir imprimé et mordoré comme revêtement de mobilier mais aussi comme papier-peint. L'espace est rythmé par des couleurs détonantes et une richesse dans les détails qui rappellent aisément certaines boutiques Dries Van Noten dont le décorateur est l'auteur... L'univers fantasque inspiré de la richesse des ornements Anversois cotoient des inspirations italiennes afin de nous emmener définitivement ailleurs, et d'ouvrir encore plus nos sens à l'originalité ambiante.

 

 

MATHIEU LEHANNEUR

La Chambre de Marbre

 

L'espace proposé par Mathieu Lehanneur se situe lui à la croisée des époques. En effet de prime abord l'utilisation du marbre sous plusieurs formes nous renvoie aux tendances actuelles autant qu'aux temps révolus. Mais dans tous les cas son traitement moderne et sculptural de même que la présence destabilisante d'un droïde près de la fenêtre nous projette littérallement dans une époque futuriste. Sans cesse à la recherche du mieux-être de l'utilisateur des lieux, Mathieu Lehanneur crée une sorte de décor intelligent à la Spielberg façon 2017, où le questionnement technique de l'avenir n'efface pas pour autant le vivant. En bon cuisinier des matériaux, le designer sait toujours trouver le bon équilibre afin de susciter chez nous un sentiment d'intimité retrouvée, de voyage mais aussi et surtout, de poésie...

 

Photographies de Felipe Ribon.

 

 

DENIS MONTEL POUR RDAI

Le Pavillon salle à manger

 

Denis Montel - à la tête de l'agence RDAI depuis 2009 - propose pour cette édition de AD Intérieurs 2017 un pavillon tout de bois et de jonc tressé, créant ainsi un nouvel espace temps dans les locaux de la Monnaie de Paris. Cet élément architectural fort est articulé autour du thème de prédilection de l'architecte: le cercle, décliné dans tous les éléments présents, démultiplié dans les miroirs, et mis en valeur comme élément de construction principal et fil directeur de la structure. Véritable clin d'oeil aux arches gothiques, le pavillon empreinte cependant sa légèreté et ses matériaux aux maisons de thé japonaises, hommage au principe clé de maillage de la boutique Hermès Rive Gauche à Paris, l'agence poursuivant sa collaboration avec cette grande Maison. Un travail concentrique, géométrique et élégant comme toujours.

 

 

OITOEMPONTO

Le boudoir en panoramique

 

Ce qui qualifie et distingue le travail du duo de designers Oitoemponto, est sans nuls doutes leur facilité à créer des univers uniques grâce à leurs grandes connaissances en matière d'art et de design ainsi que leur maîtrise du mix and match. Ainsi, dans ce boudoir sophistiqué, se côtoient une table signée Ettore Sottsass, des fauteuils XVIIIème tapissés, la réédition de la Platner Easy Chair de Knoll, un canapé aux motifs tribals et plus encore. Pour l'occasion, un papier-peint aux accents Art Déco a été créé, lequel englobe l'espace de ses reflets doux et chaleureux, mettant en valeur aussi bien les pièces d'exception qu'il habrite, que le style vintage-branché des deux compères Arthur Miranda et Jacques Bec.

 

 

MAURIZIO GALANTE ET TAL LANCMAN

La Chambre Surréaliste

 

Dans ce bâtiment traditionnel de style haussmannien, on se sent littérallement happés par le projet de Maurizio Galante et Tal Lancman dès le moment où nos yeux se posent sur ce décor improbable qui en jette. Coincés dans cette boîte tout de rouge vêtue du sol au plafond, et où se mêlent références à l'univers du charnel, du rêve et de l'inconscient - avez-vous remarqué cette moquette aux allures de test de Rorschach? - c'est alors que l'on ressent un sentiment mitigé entre fascination pour cet univers riche et chargé dont les italiens ont le secret et l'angoisse d'y rester enfermés... Les matériaux et le thème abordé invitent à la détente ou à l'excitation quand certains éléments se voient dotés de plusieurs "yeux" qui vous surveillent tout en vous plongeant dans une atmosphère surréaliste et presque comique.

 

Photographies de Claire Israel (1) et Interware (2 et 3).

 

 

THOMAS BOOG

La cabinet en rocaille

 

Paris Design Week, AD Intérieurs 2017, Thomas Boog, Le cabinet de rocaille

Thomas Boog a fait du coquillage et de la nacre en général ses matériaux de prédilection. Alors quoi de mieux que de les mettre en avant lors de l'évènement AD Intérieurs 2017? Le décorateur et créateur d'exceptionnel a donc pour l'occasion proposé un espace unique, un cabinet de toilette féminin aux allures princières, clin d'oeil à l'époque des Rois. La structure entièrement ornée - à la main! - d'une multitude de petits coquillages qui donnent à cette alcôve un caractère fantasque et fantastique, présente également des pièces modernes et sobres, tels le mitigeur en cuivre présenté cette année à Milan ainsi qu'une réinterprétation des suspensions Here Comes the Sun par Bertrand Balas des années 70 (DCW Editions).

 

 

DANIEL SUDUCA ET THIERRY MÉRILLOU

Le salon brodé couture

 

Le duo Suduca & Mérillou de la Galerie Saint Jacques a crée un intérieur directement inspiré de la céramique en partenariat avec l'artiste portugaise Bela Silva. En effet, cet intérieur est axé sur la cheminée, pièce principale de ce salon confortable, et dont le manteau en feuilles de céramique a presque des effets velours... Ces éléments sont également présents sur le haut des murs de la pièce, dont l'effet parure contrebalance le paravent de tissu géant englobant l'espace. A la fois japonisant, à la fois néoclassique, le projet des deux décorateurs allient nuances subtiles et mélanges maîtrisés. A la façon d'une robe de haute couture, ce salon est composé de détails et de matériaux ayant pour but de réveler les atouts des uns et des autres, tout en finesse.

 

 Photographies de Nicolas Matheus.

 

 

ELLIOTT BARNES

Le Salon d'un collectionneur de Monnaie

 

Lors de cette édition AD Intérieurs 2017, était également invité l'architecte d'origine américaine Elliott Barnes. Sur le thème du collectionneur de monnaie, le salon présente une déclinaison du cuir selon plusieurs traitements: revêtement classique pour le canapé avec tatouage, épaisseurs de cuir plissées pour le banc et les tables d'appoint, et papier-peint ornemental en cuir de Cordoue ouvragé. Cette alcôve imaginée par Elliott Barnes est en parfaite adéquation avec sa passion: découvrir de nouvelles matières, les décaler, les associer. Les couleurs douces et naturelles renvoient littérallement aux Etats-Unis où le style cossu privilégié est toujours issu du travail des matières naturelles tels le cuir et le bois et non sans réinventer une certaine modernité.

 

 

ISABELLE STANISLAS

La cuisine-salon

 

Paris Design Week, AD Intérieurs 2017, Isabelle Stanislas, La cuisine-salon

Enfin, l'univers proposé par l'architecte Isabelle Stanislas - de l'agence parisienne So-An - est un écrin luxueux et futuriste mis en valeur par une enveloppe où panneaux de bétons et miroirs toute hauteur sont alternés. La cuisine-salon, c'est un espace où l'on vit à proprement dit. La cuisine est souvent le théâtre de toutes les discussions quand le salon est la pièce de convivalité par excellence. Ce mélange des fonctionnalités interroge le visiteur sur l'évolution des modes de vie tout en sophistication. Entre luminaires et linéaires architecturaux forts, et éléments de décoration apportant la bonne dose de douceur, l'architecte démontre que le béton a gagné sa place à AD Intérieurs 2017.

 

 

 ➡ N'oubliez pas de LIKER et de PARTAGER cet article!

M E R C I

Sources photographiques: Agence Lucien Pages

 

Chloé Valette